En vigueur depuis le 15 juillet 2014, la nouvelle mention « FAIT MAISON » portée par ce logo a-t-il fait des émules ? C’est la question que nous nous sommes posé, en le voyant encore rarement aux devantures des restaurants. Il semblait pourtant intéressant pour le consommateur, et l’aider à faire son choix en toute connaissance de cause … Et pourtant, tout n’est pas si simple.

QU’ EST CE QU’ UN PLAT FAIT MAISON ?

Selon le site du ministère de l’Economie et des Finances, est un plat fait maison « un plat comme une entrée, un plat de résistance ou un dessert qui est entièrement cuisiné sur place, c’est-à-dire dans les locaux où est installé le restaurant. Ce plat est confectionné à partir de produits bruts qui ont été réceptionnés par le restaurateur, sans être modifiés, réchauffés ou assemblés. Les produits traditionnels de cuisine (huile, pains, fromages…) peuvent entrer dans la composition des plats « faits maison ».

Cette mention, à l’origine obligatoire, concerne aussi bien les restaurants traditionnels, chaînes de restauration, restauration rapide, commerces ambulants, traiteurs etc.

TROP D’EXCEPTIONS DANS LE TEXTE DE LOI DU « FAIT MAISON » ?

Il semblerait d’après les premiers chiffres que 10 % seulement les professionnels ayant apposé le nouveau sigle dans leur établissement. Si certains y voient une manière de faire valoir leur savoir-faire, leur recherche et leur travail du produits frais, de qualité, cuisiné sur place, d’autres ont en revanche émettent des réserves. En effet, le texte comporte beaucoup d’exceptions, qui pour certains restaurateurs n’entrent pas dans le véritable « Fait Maison » : une cuisine à base des matières premières brutes, fraîches, travaillées en cuisine.

En effet, le décret prévoit que pourront bénéficier du sigle, des plats issus de produits « déjà épluchés (à l’exception des pommes de terre), pelés, tranchés, coupés, découpés, hachés, nettoyés, désossés, dépouillés, décortiqués, taillés, moulus ou broyés; fumés, salés; réfrigérés, congelés, surgelés, ou conditionnés sous vide. »

Allons-nous vers un remaniement du décret ou vers un abandon pur et simple ? A suivre dans les prochains mois.

Pour en savoir plus sur le  » Fait Maison », consultez le texte du décret