moulin-village-street-art-abandonne-doel-nord-decouverte
Un des nombreux contrastes de Doel. Le vieux moulin, un des plus ancien des Flandres, et la centrale nucléaire crachant ses nuages de vapeur d’eau…

C‘est un endroit d’une étrange poésie. Déroutant. Un mélange d’abandon, de violence, d’irrévérence, de mélancolie, de résistance au souvenir, d’entêtement à la vie… Un fracas profond d’émotions, de couleurs, de dessins et de mots. La vision de pierres déchirées, de fenêtres aveuglées, de couleurs resplendissantes, de maisons pillées, de maisons vivantes, de rues envahies d’ herbes qui s’éclairent pourtant, encore, quand la nuit tombe… Il y a le silence du fleuve, le chant des oiseaux, le crissement des pas sur les éclats de verre qui jonchent les seuils et les planchers. Il y a le contraste des ailes du vieux moulin sur fond de centrale nucléaire, les promeneurs assis le long de la digue et les passionnés de street art qui en prennent plein les yeux. Il y a le contraste de nos sentiments, un curieux mélange d’être un peu voyeurs, d’osciller entre émerveillement et perplexité, admiration et nostalgie, d’être conquis et repoussés, intimes et étrangers.

Doel est un voyage dans l’absurdité et le courage. L’absurdité d’un projet mortifère qui ne verra sans doute jamais le jour et le courage de ceux qui veulent encore vivre ici. Un voyage fantasmagorique où le street art s’est emparé des façades, des maisons, des garages abandonnés pour en faire de sublimes cicatrices de douleur, de résistance et d’amour. Un voyage au milieu de nulle part où, pour venir à Doel, vous aurez traversé des enchevêtrement de grues et des alignements de containers, à perte d’horizon.

Que s’est-il passé à Doel ?

vue-ancienne-village-doel-nord-decouverte1972, Doel compte 1300 habitants. En 2016, il en reste à peine une vingtaine. Entre temps, il y a eu le projet d’agrandissement des installations portuaires d’Anvers à une vingtaine de kilomètres. À partir de 1999, les autorités régionales flamandes décident l’expropriation des habitants pour faire place nette. Les commerces baissent leur rideau un à un, l’école ferment en 2003, la dernière ligne de bus disparaît elle aussi. Les rues se vident peu à peu, les habitants découragés laissent souvent meubles, vaisselles et tombes de leur famille derrière eux…

Et pourtant, Doel, qu’on prononce Doul, était un charmant village qui naît au XVIIe siècle avec l’assèchement des marais. Un joli village même avec ses maisons en briques rouges, ses habitations bourgeoises au style flamand si caractéristique … Fier même du tracé impeccablement rectiligne de ses rues,  une curiosité pour l’époque. Fier de la majestueuse Hooghuis, juste à côté de l’église, qui appartenait à la belle famille de Rubens. Doel, c’était des cafés au bord de l’eau, des bateaux de pêches amarrés au petit port, des trois-mats, des vapeurs qui passent lentement… Remontons les rues comme on remonte le temps: la signalisation nous avertit d’une école qui a disparu,  les jeux d’enfants sont comme neufs mais silencieux, les stations-service sont devenues des toiles urbaines, le petit hôtel a fermé, le poste de police déserté, lui aussi.

maison-village-street-art-abandonne-doel-nord-decouverte
Cette maison magnifique est la dernière de la rue encore habitée… Il ne reste aujourd’hui qu’une vingtaine d’habitants.

Il y a pourtant encore le vieux moulin du XVIIe siècle, un des plus anciens de Flandre, où on peut s’assoir boire pour un verre et manger. Il y a aussi le café Doel 5 où quelques habitués se mélangent aux artistes et aux touristes. Il y a cette grande maison blanche tout au bout de Hooguisstraat, magnifique, avec son jardin fleuri, ses parterres, sa pelouse entretenue, ses arbres centenaires, son allée pavée, son cachet victorien … Elle est la dernière de la rue à être encore habitée ! Il y a l’église Notre-Dame de l’Assomption,  rassurante mais penchante, qui sent s’affaisser le sol sous elle, tout un symbole. Enfin, il y a le cimetière, préservé, mais pour combien de temps ? Il n’y a plus d’éternité ici.

guillemetsJe me suis demandée ce qu’on pouvait ressentir à vivre entouré de maisons abandonnées. De souvenirs, d’incertitude. Ce qu’on pouvait ressentir quand on voyait ses voisins, ses amis fermer leur maison pour la dernière fois et partir.  Ce qu’on pouvait ressentir à revenir quelques instants et voir les pièces familières disparaître sous la vivacité des couleurs, la brutalité de beaucoup …

Doel : des images et des mots de l’éphémère

pignon-rue-Doel-nord-decouverte

 » Plus tard, quand les beaux souvenirs auront remplacé mon chagrin, je pourrais peut-être vous raconter ce que je ne peux dire aujourd’hui qu’avec des larmes… »
Vous croiserez sur les murs des dessins d’enfants, des barbouillages d’adultes et de vrais chefs d’œuvre de street art. Un éclatement de couleurs, de formes, de démesures picturales qui laissent éblouis ou amusés. Ici tout déborde. Tout vous déborde: le corbeau gigantesque, le rat monstrueux, le buffle adossé à une vieille porte de garage,  les sourires grimaçants, la rugosité des collages, la fragilité des murs, la beauté éphémère de ces œuvres remplacées inexorablement par d’autres œuvres, d’autres mots et d’autres fulgurances   … Et puis, il y a les traces infimes de ceux qui sont partis. Des meubles épars sur les seuils de maisons vides, des rideaux à des fenêtres absentes, des cadenas ouverts, des portes entretaillées… Ou encore ces quelques mots laissés sur le pignon d’une maison, le long de l’Escaut, ce long fleuve si tranquille…

NORD DÉCOUVERTE | INFOS PRATIQUES

A VOIR ET A FAIRE PRES DE DOEL

picto-table picto-cafe

Prendre un verre et manger sur place :

De Molen , le moulin brasserie  parking picto-chien-admis-en-laissepicto acces-possible-handicapes

  • Adresse : Scheldemolenstraat 6, 9130 Beveren (Doel)
  • Téléphone : +32 3 575 88 31
  • Horaires (sous réserve) Fermé les jeudis et vendredi. Ouvert les autres jours de 11h30 à 20h
  • Terrasse

picto-cafeLe café Doel 5

  • Adresse : Pastorijstraat , 9130   Doel
  • Téléphone : +32 3 575 82 89

UN PEU PLUS LOIN …

Anvers, bien sûr, est à moins d’une trentaine de kilomètres.

Et puis, au milieu de la gigantesque zone portuaire d’Anvers, il y a deux autres endroits tout à fait étonnants, perdus dans les dédales de containers et les alignements de grues à perte de vue. Il s’agit de Fort-Lillo et du fort Liefkenshoek qui semblent tous les deux hors du temps … Et ils le sont. Ces  deux anciens bastions fortifiés du XVIe siècle faisaient partie de la ligne de défense d’Anvers. Ils ont miraculeusement échappé à la démolition et à l’agrandissement du port.

allee-arbres-fort-lillo-nord-decouverteL’ancien bastion de Fort Lillo, à 14 km de Doel, renferme un minuscule village où vous pourrez vous balader tranquillement le long des rues et des magnifiques douves ombragées. C’est un havre de calme surréaliste au milieu des installations portuaires. Le charme de l’endroit tient aussi à son petit bassin à marée où viennent s’amarrer les plaisanciers. Aussi petit que soit Fort Lillo, vous y trouverez également un musée, le ‘Poldermuseum’. Après Doel et une promenade des fortifications, il y a une adresse pour finir la journée en beauté: la Taverne ‘t Pleintje, située sur la toute toute petite place du Fort. un lieu sympathique pour prendre un verre et se restaurer avant de reprendre la route.

  • Coordonnées : Havenmarkt 6, 2040 Antwerpen, Belgique Téléphone: : +32 3 569 90 42

Il n’y a plus de liaison par le bac entre Fort Lillo et Doel.  Il est prévu une remise en service de la ligne mais sans date confirmée. Information de l’Office de Tourisme de Beveren.

vue-aerienne-fort-liefkenshoek-nord-decouverte

Situé de l’autre côté, sur la rive gauche de l’Escaut, picto acces-possible-handicapespicto-cafee Fort du Liefkenshoek accueille aujourd’hui un musée qui évoque l’histoire du fort, des batailles mais aussi de la navigation, la pêche et la vie le long du fleuve. Le sentier tout autour des remparts et la tour d’observation offrent un joli point de vue sur l’Escaut. A noter que le site est classé zone de protection spéciale des oiseaux. Un très bel endroit à visiter à moins d’une quinzaine de kilomètres de Doel, sur la même rive. Entrée gratuite.

  • Coordonnées : Ketenislaan 4, 9120Kallo –Téléphone:  +32 3 750 12 90.

Les animaux de compagnie sont autorisés à l’extérieur du musée mais pas dans les salles intérieures

Notre conseil : Pour passer d’une rive à l’autre de l’Escaut, n’hésitez pas à prendre le tunnel payant de Liefkenshoek qui permet de rejoindre Doel, Fort-lillo et Fort Liefkenshoek plus rapidement en voiture.
application-web-utilePour découvrir les lieux de l’ancienne ligne de défense, nous vous recommandons le site Staats-Spaanse Linies consacrés aux vestiges encore présents. A souligner, une version en français utile pour les francophones.