À Douai, l’étonnante « borne à clous » est entourée de légendes … L’une d’entre elles raconte que les chevaliers au retour de la guerre prouvaient leur fidélité en enfonçant un clou dans la pierre. Le gré, une pierre particulièrement dure, rendait le geste remarquable. L’histoire ne dit pas à qui était destinée cette démonstration de force… Épouse, promise ou suzerain… La pierre a gardé ses secrets.

La borne à clous entre croyances et magie

vue du détail de la surface de la borne à clous de Doaui avec les trous et l'étoile de Davide gravée, un reportage de Nord découverte
On voit encore des têtes de clous enfoncés dans certains des trous

Certains historiens rattachent la borne à clous de Douai à la tradition des menhirs à clous (comme celui de la Pierre Frite à Nanteau en Seine-et-Marne). Ces mégalithes ont, eux-mêmes, un lien de parenté étroit avec l’existence des arbres à clous… Quant à savoir si nous avons à faire à un ancien menhir… Mystère. 

La borne à clous est encastrée dans l’angle de la rue du Pont du Rivage et la rue des Fransures, au cœur d’un joli quartier du vieux Douai. À première vue, il y a de fortes chances qu’elle ait aussi servie de boute-roue, ces pierres destinées à protéger les angles de murs des roues des charrettes et des voitures. Une utilité qui a fait peut-être qu’elle soit encore là. En s’approchant, on distingue encore très nettement des dizaines de petits trous, avec une tête de fer encore enfoncée dans certains d’entre eux.  Une étoile est gravée presqu’au milieu de la face principale. Si aujourd’hui, l’étoile de David est indissociablement liée au judaïsme, elle était plus largement utilisée au Moyen-Age et jusqu’au XVIIe siècle, comme signe protecteur. Nous en voyons un bel exemple sur le pignon de la vieille auberge d’Esquelbecq. Le pentagramme fait en effet partie des symboles alchimiques majeurs : par exemple, l’étoile, pendant longtemps, a  été fréquemment utilisée comme emblème des brasseurs. Coïncidence L’actuelle rue du Pont du Rivage fut un temps la rue de l’Éléphant, du nom d’une brasserie qui s’y trouvait  comme en témoigne l’Histoire des rues de Douai

Enfoncer un clou dans une statuette, dans un arbre ou une pierre est une pratique étroitement liée aux croyances et aux superstitions. Qu’on l’enfonce pour un bien ou un mal, qu’on fasse un vœu de guérison, de mariage, de fortune, de protection, qu’on conjure le mauvais sort ou qu’on porte le mauvais œil, qu’on y pende un objet, un bout de chiffon, un linge de malade … Il y a toujours la réminiscence des pouvoirs occultes ou célestes qu’on prête à ces « médiateurs » sacrés. Plantés dans la terre et dressés vers le ciel, les mégalithes comme les arbres sont des traits d’union entre le terrestre et le céleste, entre les hommes et leurs dieux.

Douai, une ville à découvrir

La « borne à clous » se situe à quelques pas seulement des quais de la Scarpe, au cœur d’un charmant quartier ancien de Douai. Au fil des rues, des ruelles, des passages étroits, des promenades au bord de l’eau, à faire à pied et en bateaux, vous serez étonné de découvrir des visages souvent méconnu de cette ville attachante. Des ponts fleuris aux façades art déco, des venelles pavées aux derniers vestiges des remparts… Douai regorgent de lieux pittoresques.

INFOS PRATIQUES | NORD DÉCOUVERTE