Le magnifique Pont Napoléon est une curiosité à plus d’un titre : d’abord parce que sa reconstruction à l’identique est une vraie réussite…. Ensuite parce que son architecture est unique en France, enfin parce que, tel un chat, ce pont si tranquille a eu plusieurs vies. L’endroit a déjà beaucoup de charme  et va prendre peu à peu une place plus grande  dans la métamorphose de l’Esplanade et du Champ de Mars.

Le seul pont piétonnier couvert en France

sphinge-pont-napoleon-lille
les 4 sphinges du pont pèsent chacune plus de 250 kg

Nous ne connaissions de lui que les quatre piles du pont et quelques marches ne menant plus nulle part si ce n’est directement dans l’eau. Restaient d’ anciennes cartes postales pour nous donner une idée de son allure étonnante. Depuis cette année, nous pouvons à nouveau en gravir les marches…Certes, il ne mène plus comme autrefois au kiosque à musique ni même au célèbre café guinguette « Ma Campagne » mais il offre une perspective absolument superbe sur l’esplanade, sa promenade et l’eau tranquille du canal qu’il enjambe.

Installées devant les quatre piles du pont, il a même retrouvé ses quatre sphinges, mi femmes mi lion, qui ornent à nouveau les escaliers. Elles ont été reproduites à l’identique, les originales avaient été volées dans les années 30. Il y a peu de chance qu’une telle mésaventure leur arrive : chacune d’elle pèse désormais plus de 250 kg.

Son architecture élégante et inhabituelle a toujours fait la singularité du Pont Napoléon. Il a été et reste le seul exemple de pont couvert piétonnier, construit en fer et en pierre.

Les multiples vies du Pont Napoléon

« Je conseille de venir se reposer un soir sur le Pont-Royal, … à l’heure où dans l’immensité de son silence la nature déploie ses plus doux charmes, et le jour où le cristal limpide d’une onde virginale redit aux yeux les traits argentés de la reine des nuits. C’est à dire en bon français, qu’on fera bien de choisir, pour contempler cette belle vue, un jour de pleine lune vers onze du soir. Simon-François Blocquel, 1826 « 
Le premier pont construit en 1812 par l’architecte Benjamin Dewarlez est en bois. Il se détériore rapidement nécessitant une première restauration dès 1850. On change son nom le rebaptisant provisoirement « Pont de Berry  » et « Pont Royal », on lui redonne son nom, on efface les victoires napoléoniennes les moins populaires… Les régimes passent et avec eux les traces visibles des convictions. En 1918, il est détruit par les troupes allemandes lors de leur départ de la ville. En 1922, le Pont Napoléon est en partie reconstruit à l’occasion de l’exposition Internationale. Il ne survivra pas à la seconde guerre mondiale où les troupes allemandes, à nouveau, le détruisent.

La reconstruction du pont Napoléon, signée par l’architecte lillois Etienne Sintive,   s’inscrit dans le programme de rénovation du parc de la Citadelle Vauban. Il entame aujourd’hui une nouvelle vie… Souhaitons la longue et plus paisible cette fois.

 Téléchargez le plan des promenades de la citadelle


Localisation : Façade de l’Esplanade, à hauteur de la rue de Jemmapes. Situé de part et d’autre du canal de l’Esplanade (ou canal de la moyenne Deûle), face au champs de Mars.
Coordonnées GPS : 50°38’34 »N – 3°03’09 » E