Parmi les grands noms des villes portant haut la tradition des carillons, Saint-Amand-Les-Eaux et ses 48 cloches, fait partie des 20 plus beaux carillons de France. Les premières cloches installées remontent au début du XVIIIe siècle, la dernière, Sidonie, le sera en 1984. Nous sommes partis à la rencontre des Amandois qui les écoutent chaque jour, attachés et fiers à de ce patrimoine de vie.

Le carillon : L’âme d’une cité nordiste

cloche-saint-amand-les-eaux-nord-decouverteDans l’atmosphère ambiante d’une ville du XXIe siècle, de nombreux bruits nous entourent quotidiennement. Dans certaines d’entre elles, un son, plus particulier, s’élève au-dessus de la mêlée, le son du carillon. Symbole d’une ville, il perpétue la tradition des siècles derniers pour le plus grand bonheur de ses habitants.

« Ici pas besoin de montre ! lance Mélanie, native de Saint-Amand-les-Eaux, et élevée au son du carillon. Tous les quarts d’heure, une mélodie différente résonne dans les murs de la cité thermale, c’est une part de chacun d’entre nous en y réfléchissant bien ! »… « C’est vrai que c’est un immense atout culturel de disposer d’un carillon comme le nôtre, qui plus est , au sommet d’une Tour fraîchement rénovée reprend Michel Méresse, adjoint au patrimoine à la ville, ça participe grandement à l’identité qu’une ville souhaite se forger, et la nôtre est bien ancrée dans le patrimoine culturel de la région. »

En effet, quatre carillonncarillonneur-saint-amand-les-eaux-nord-decouverteeurs se relayent au sommet de la tour abbatiale et 48 cloches vibrent quand Charles Dairay, professeur à l’école de musique et l’un des quatre mousquetaires s’installe au devant de son clavier « La plupart du temps, les mélodies sont automatiques mais il arrive que l’un de nous vienne jouer pendant son temps libre, le plus souvent vendredi midi, mon moment préféré de la semaine » «Passer de Vivaldi ou Mozart à une pièce de Disney, voilà ce qui retentit le vendredi dans le centre-ville à l’heure du déjeuner » ajoute Michel Méresse, très fier d’entendre chaque jour, ce qui attire des touristes des quatre coins de l’hexagone.

« J’aimerais tellement que l’accès au carillon soit de nouveau autorisé au public » rajoute Mélanie, curieuse de découvrir ce qui ce cache au dessus d’elle. « Des rénovations sont prévues dans les années à venir, ainsi le public pourra de nouveau découvrir ce qui fait le charme de l’ambiance amandinoise » assure Monsieur Méresse, soucieux de ne pas se priver d’un atout important pour sa ville.

Un patrimoine amandinois qui attire les jeunes

escalier-carillon-saint-amand-les-eaux-nord-decouverte« Ce qui fait la particularité du carillon de Saint-Amand, c’est le fait qu’il soit situé à quasiment 80 mètres d’altitude, il n’est pas agressif à l’oreille, et je sais que c’est ce que les gens apprécient beaucoup note Charles, dont le devoir est aussi de transmettre sa passion aux jeunes apprentis de l’école de musique « J’essaie de leur passer le témoin, je leur explique l’aspect particulier de l’instrument qu’ils ont entre les mains où l’histoire joue un rôle important, ils en prennent conscience quand ils parviennent au sommet de la tour abbatiale. »

À l’heure de l’avènement de la génération 2.0, douze jeunes suivent, en effet, les cours de carillon de l’école de musique de Saint-Amand-les-Eaux, et prennent conscience d’une partie du passé de leur région. « Ce qui me touche, c’est qu’ils sont tous très motivés et qu’ils se font plaisir avec le carillon, j’en conclus que je laisse l’ambiance musicale de la ville entre de bonnes mains. »

Et d’ajouter pour finir qu’avec les 380 marches à gravir, jouer au sommet de la tour, ça ce mérite !

Nous vous invitons à découvrir le magnifique site de Tchorski consacré au patrimoine civil, industriel et religieux dont le carillon de Saint-Amand-les-Eaux. Vous allez découvrir des lieux insolites et souvent inaccessibles au grand public. Superbe ! Un grand merci pour sa gentillesse.