Le pourtour de la cathédrale Notre Dame de la Treille est un des endroits les plus pittoresques du Vieux-Lille, pittoresques parce qu’ à l’ombre de cette façade monumentale et épurée, on découvre un autre visage de Lille. Un visage plus ancien, plus bucolique avec ses maisons hautes, tout en couleurs vives et ses petits ponts de bois qui enjambent encore le tracé de l’ancien canal de la Monnaie et du Cirque. Nous sommes sur l’ancienne motte castrale, la Motte Madame, le cœur historique de la ville.  Aux beaux jours, entre les terrasses des restaurants  et des cafés, les pauses sur l’herbe, la place Gilleson s’anime et l’endroit à un charme fou.


Les incontournables à voir autour de Notre-Dame de la Treille


La Motte Madame, l’ancienne motte féodale de Lille

reconstitution-motte-feodale-nord-decouverte
Reconstitution d’une motte féodale – Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle

Nous sommes au XIe siècle, L’Isle sort de la pénombre de  l’histoire. Et son récit commence avec l’empereur Henri III menant une expédition contre Baudouin V, comte de Flandre, barricadé écrit-on dans son Castrum Islense, le château de Lille.  La ville d’alors s’organise entre son forum, c’est-à-dire sa place marchande, l’actuelle Grand’Place et sa place forte, le château,  qui couvre environ le quartier de la Treille et de la Monnaie actuel. C’est le cœur militaire et administratif qui  contrôle notamment l’accès à la Basse-Deûle, aujourd’hui l’avenue du Peuple-Belge. Dans le périmètre fortifié se trouve la motte féodale ou motte castrale. Ce système défense apparaît aux environs du Xe siècle. Il s’agit en général d’un tertre, au sommet duquel on construit un fortin en bois et une tour de guet; l’ensemble est protégé par des barricades en bois et des fossés circulaires. A Lille,  la motte fait dit-on entre 10 et 15 mètres de haut. Les fossés feront le lit du canal de la Monnaie… Son tracé est encore bien visible  aujourd’hui dans la partie nord-nord Est de la cathédrale Notre Dame de la Treille.

 Une « motte de terre » pratique… pour tout

experience-blanchard-rouen
3e essai en montgolfière de Jean Pierre Blanchard à Rouen en 1784

 » Dans un des coins de la cour Gilson est l’entrée des bains publics qui ont retenu le nom du cirque dont ils ont fait partie pendant quelques années. Qu’est ce que le cirque me demanderez-vous ? En face de nous est un monticule couvert de verdure, dont le sommet forme une belle rotonde et les flancs une espèce de labyrinthe. Eh bien tout cela est ou a été le château du Buc, la motte châtelain, la motte Madame, le monastère des dominicains, une maison de plaisance appelée le Cirque, une salle de spectacle, une auberge et enfin le bureau principal des Douanes royales qui s’y trouve présentement établi. Il faut avouer que peu d’endroits dans Lille ont subi autant de métamorphoses … »

maison-pont-notre-dame-de-la treille-vieux-lille-nord-decouverteNotre guide de 1826 ne pensait pas si bien dire. Un peu plus d’une vingtaine d’année plus tard, la motte Madame  allait être arasé  pour laisser place aux chantiers de la cathédrale Notre Dame de La Treille. Un chantier, dans tous les sens du terme, qui allait bouleverser définitivement l’endroit. Mais entre-temps, elle aura été le témoin de nombreux épisodes plus ou moins insolites. Par exemple,  c’est du haut de la motte que plusieurs tentatives de vol en montgolfière auront lieu avant que l’esplanade de la Citadelle soit choisie. Le terrain plus vaste accueillera notamment un essai de Jean Pierre Blanchard, un des pionniers des vols en ballon, le 26 août 1785. Pour la petite histoire, c’est à cette occasion qu’il testa le système du parachute … avec un chien ! Le brave toutou a atterri sans encombre… Non sans frayeur certainement. Rappelons que le premier vol habité ne remonte qu’à  deux années auparavant.

Sur les eaux de l’ancien canal de la Monnaie

cadastre-napoleonien-notre-dame-de-la-treille-nord-decouverte
Plan du cadastre napoléonien de 1881 – Archives Départementales du Nord

Le canal à ciel ouvert de la Monnaie longeait la partie Ouest  de l’actuelle place Gilleson, puis  rejoignait, en souterrain,  la rue de la Monnaie, au niveau de l’ancien moulin à eau pour enfin se jeter dans le « Grand Rivage », le canal de la Basse-Deûle, qui formait le port de Lille vers l’Ilot Comtesse et la place Louise de Bettignies actuelle.

Maintenant, placez-vous à l’angle de la place, à l’intersection de la rue de Weppes et de la rue des Trois Molettes. Vous êtes sur l’ancien Pont de Roubaix. Tournez-vous du côté de la cathédrale, fermez les yeux et écoutons à nouveau notre guide :

« Appuyons-nous un moment sur le parapet de ce pont et livrons-nous à la magie des souvenirs qui semblent accumulés sur ce lieu. En face de nous, quelques maisons baignées par la Deûle nous retracent la cité naissante dont elles furent le berceau. Derrières elles, existe encore cette motte du châtelain …Ici mille objets divers, mille contrastes singuliers font naître des impressions dont on ne saurait rendre compte. La fraîcheur qu’entretient une onde paisible, le frémissement des arbres de quelques jardins situés sur ses rives; le vieux saule dont les branches flexibles retombent tristement jusqu’à la surface des eaux; les cygnes qui se promènent majestueusement avec leur naissante famille… le bruit sourd des manufactures qui a succédé au silence des cloîtres; les coups redoublés du batteur de fil que l’écho prolonge et multiplie; le passage continuel des gens qui se pressent et se heurtent sur ce pont si étroit… ».

canal-de-la-monnaie-notre-dame-de-la-treille-nord-decouverte
Vue du début du siècle, prise de l’angle de la rue de Weppes et des Trois Molettes, en direction de la rue de la Monnaie. La basilique est à droite, cachée par les maisons.

Ce témoignage évoque un Lille ancien, avant l’essor industriel qui va modifier assez profondément la ville. On y entend encore le bruit des métiers des tisserands installés à proximité … les métiers ne commenceront à se mécaniser qu’à partir des années 1860. Une modernisation  entraînant peu à peu la disparition des tissages à domicile. Sur les dernières cartes postales prises au début du siècle, les jardins ont disparu. Reste ce canal qui a beaucoup perdu de son romantisme… Il sera un des derniers comblés dans les années 1930. Parmi les derniers témoins, la rue du Cours à l’ Eau qui relie  la jolie place aux Oignons à la place Gilleson. Comme son nom l’indique,  elle donnait accès directement au canal. Elle se situe un peu plus loin que la passerelle qu’on voit sur cette carte postale.

Le pourtour de Notre Dame de la Treille aujourd’hui

pont -maisons-notre-dame-de-la-treille - vieux-lille-nord-decouverteLe pourtour de la Treille est aujourd’hui un endroit vivant, où règne  un esprit bohème. Sur les bancs,  sur les marches de la Cathédrale Notre Dame de la Treille,  sur l’herbe, à la terrasse d’un café, c’est une de mes haltes charme préférées.  Nous sommes à deux pas de la ravissante place aux Oignons, de la rue de la Monnaie, au cœur des rues pavées du Vieux-Lille et à moins de 500 m de la place du Général de Gaulle. Les passionnés  d’Histoire pourront s’arrêter  à l’angle du passage Notre Dame de la Treille, pour admirer une des dernières maisons en bois du XVIe siècle. Les amateurs d’architecture truculente pourront remarquer les colonnes en bois qui longent certaines maisons … Souvenirs des anciennes latrines qui ont tant contribué à la disparition des canaux, hygiène oblige… Les petits ponts de bois sont aujourd’hui orphelins mais ont gardé un charme fou.

MÉMO NORD DÉCOUVERTE  | A VOIR A PROXIMITÉ

mini-notre-dame-de-la-treille-vieux-lille-nord-decouverte rue-weppes-vieux-lille- mini-place-oignons-vieux-lille-01mini-rue-de-la-monnaie-vieux-lille-01place-louise-de-bettignies-lille-nord-decouverte