« En juillet, mois d’abondance, le pauvre a toujours sa pitance »