» À la Saint-Hubert, les oies sauvages fuient l’hiver »