» À la Saint-Onésiphore, la sève s’endort »