« À la Sainte-Rose, pour le travailleur, pas de pause »