Du haut de ses 17 m, elle domine toute la place du Général De Gaulle. Au sommet, la Déesse, le visage sévère,  une main tendue vers le sol, de l’autre un boutefeu. La colonne de la Déesse est à l’image de ce qu’elle symbolise : la ville de Lille, son courage et sa résolution lors du siège des Prussiens qui durera du 29 septembre au 6 octobre 1792.

Un monument commémoratif du siège de Lille

inscription-colonne-deesse-LilleLa ville est sévèrement bombardée, mais elle en sort invaincue. Pour ce fait d’armes, on décide d’élever un monument commémoratif. Ce n’est que 50 ans plus tard, en 1842, que le projet est repris et mené, non sans péripéties,  jusqu’à son inauguration le 8 octobre 1845. L’architecture est confiée à Charles Benvignat, la Déesse est l’œuvre du sculpteur Théophile Bra. Il choisit une femme comme allégorie,  il la coiffe d’une couronne représentant les tours de la ville. Mais très vite, pour les Lillois, « La Ville de Lille » telle qu’on la nomme à l’époque devient vite la « déesse ». Nom qu’elle a gardé. Il écrit :

« Lille ! Lille ! C’est une femme dont le front doit porter l’empreinte du courage calme et obstiné des Flamands …Je ferai parler sa main gauche qui désignera d’un doigt impérieux notre réponse héroïque inscrite à ses pieds. Ce n’est pas tout : au premier boulet qui partira de la tranchée, il faudra une réponse plus éloquente encore. Ah ! La voici ! Cette autre main armée d’un boutefeu se tiendra toute prête à répliquer à l’insolence autrichienne. Oui, oui, c’est bien cela, je vois ma statue de Lille, je la vois. »

La colonne de la Déesse, le symbole des mots et des canons

La main gauche, impérieuse, est tendue au-dessus de nous désignant les quatre inscriptions placées autour du socle :

colonne-de-la-deesse-place-general-de-Gaulle-Lille
La colonne de la Déesse et ses jets d’eau aux pieds des inscriptions
  • La citation historique des paroles du maire de Lille, François André-Bonte,  aux troupes qui assiègent laville:  » Nous venons de renouveler notre serment d’être fidèle à la Nation, de maintenir la Liberté et l’Égalité ou de mourir à notre poste. Nous ne sommes pas des parjures. »
  • La mention de  » Levée du Siège, nuit du 7 au 8 octobre 1792″
  • L’hommage pour le cinquantenaire du siège. Date à laquelle la mairie de Lille lance le projet d’un monument commémoratif : « Aux Lillois de 1792. Hommage de nos concitoyens. 1842 »
  • Le rappel du décret voté à l’Assemblée pour les actes d’héroïsme et de résistance de la ville : « Les habitants de Lille ont bien mérité de la patrie (Décret du 12 octobre 1792). ».

La main droite tient le fameux boutefeu. La mèche enroulée à l’extrémité du bâton d’un mètre environ, sert à déclencher le feu des pièces d’artillerie. Il fait directement référence au rôle crucial du bataillon des Canonniers de Lille dans la défense de la ville notamment lors du siège. Un musée leur est d’ailleurs consacré, rue des Urbanistes dans Lille même.

Autre « souvenir » du siège, les boulets incrustés dans les façades de la rue de la Bourse, du rang Beauregard, place du Théâtre, et même de la rue de la Monnaie.

La Déesse de Lille, côté anecdotes

deesse-grand-place-lille2
Le visage de la Déesse serait celui de Mme Bigot-Danel

A côté de ces considérations historiques et officielles, le monument nous livre quelques détails pittoresques. D’abord prévue pour être installée place Rihour, la Déesse est finalement élevée sur la Place du Général De Gaulle. Ce changement intempestif a deux conséquences : Plus de 10 m séparent désormais sa main des inscriptions qu’elle devait « toucher du doigt »… Et surtout, la voilà tournant le dos à l’ennemi… C’est-à-dire présentant « son revers aux assiégeants », comme on le disait si joliment à l’époque. En effet, historiquement, ils sont  installés principalement dans les faubourgs de Fives et Saint-Maurice.

C’est vrai que si on se réfère au parfait manuel de l’artilleur … Ainsi placée, le canon est supposé être à sa droite, il est donc tourné … vers la place Rihour! Enfin, dernière anecdote, le visage de la Déesse doit beaucoup, dit-on, à l’épouse du maire de Lille de l’époque, Louis Bigot-Danel !

  • Localisation : Place du Général De Gaulle,  Quartier Centre, Lille
  • Coordonnées GPS : 50° 38′ 13″ N –  3° 03′ 48″ E
  • Office de Tourisme de Lille : Palais Rihour
parking
Grand Place ou Opéra
picto-train
Gare Lille Flandres 500 m
picto-ligne-bus
Gare Lille Flandres 500 m
picto-metro-lille
Rihour 150 m

 

 

 

 

 

NORD DÉCOUVERTE | A VOIR TOUT AUTOUR

mini-grand-place-lillemini-voix-du-nord-lillemini-vieille-bourse-lillemini-theatre-du-nord-lillemini-furet-du-nord-lille-01 bonne-adresses-tables-nord-decouverte